Bienvenue

BIENVENUE SUR PATMO CREATIONS
DÉCOUVREZ LES AUTRES ACTIVITÉS DE PATMO... PEINTURE, COUTURE, JOUETS OU TRICOTS, TOUTES CES CRÉATIONS M'APPORTENT BEAUCOUP DE PLAISIR. ET PAR CES QUELQUES PAGES J'AIMERAI VOUS FAIRE PARTAGER CETTE AVENTURE.

La maison d'Emilie...les travaux

Les ouvertures

Passons aux menuiseries... Une porte basse pour le sous-sol, une porte vitrée et une fenêtre munie de volets pour la cuisine.

La porte et la fenêtre de la cuisine appartenaient à la petite maison des faubourgs » , mais il faut les ajuster et confectionner les huisseries. Je reprends également le grand volet, il servira de porte d’accès pour le jardin. Ensuite viennent les fenêtres de l’étage. Pas de vraie difficulté, elles sont en bois et fonctionnelles.
Les menuiseries sont en balsa. En effet ce bois est le plus pratique pour découper des montants rectilignes de petite section. Le temps de prise à la colle à bois est quasi instantané, ce qui est forcément intéressant car les fenêtres fragiles ne supportent pas la mise sous pression.
Il faut, bien entendu, peindre les huisseries avant de mettre les vitres en place. Les vitres (en plexiglas) sont taillées dans un emballage de CD vide.
Fabrication des fenêtre de l'étage
 Je choisis une douce couleur verte, un peu passée, qui à mon avis, va plaire à Émilie.
Afin d’effectuer la patine je les peints d’abords en jaune (en ocre plus exactement) , puis j’applique ma peinture de finition. Viennent ensuite la rouille sur les gonds et les différentes salissures dues aux intempéries. Pour plus de facilité, je pose les rideaux avant de poser les ouvertures.
Juste un peu de patience et quelques heures plus tard, portes et fenêtres sont en place.  

La fée électricité

Il est temps de passer à la partie électricité.
L’éclairage est primordial dans la réalisation d’une maquette. Il apporte la vie. C’est un peu comme de la magie. La lumière s’allume, et, l’on s’attend à voir apparaître les personnages. On peut sentir les odeurs de cuisine, entendre s’entrechoquer les ustensiles.
Il suffit d’entrer dans la maison et se laisser entrainer dans son univers. C’est, pour moi, une phase incontournable dans la réussite d’un projet. C’est, à mon sens, ce qui différencie le plus la réalisation d’une vitrine de celle d’une maison miniature.
 J'ai aménagé dans la cave une partie où j'ai installé une barrette électrique. Ce sera le local technique là  où les différents circuits viendront se rejoindre. Un premier point de connection est fait dans un domino posé à même la façade
Un tranfo de 12V à 1000 mA est nécessaire pour l'alimentation générale de la maison. 

 J’essaye de placer les éclairages de façon logique, choisir les différents points lumineux intéressants. Non pas comme s’il s’agissait d’éclairer un objet lors d’une exposition, mais plutôt de façon fonctionnelle, comme ils seraient placés dans la réalité.  Il faut effectuer les rainures, et bien sûr, penser à la jonction des deux parties. ..Quelques saignées par-ci, d’autres par là, le réseau électrique se met en place.
Malgré la petitesse de la maison, je cherche à utiliser le maximum d’espace. J’ai choisi, dans cette réalisation, de ne faire que les pièces principales, partant du principe, que la maison étant coupée, les sanitaires et autres dépendances se trouvaient dans la partie absente.
Arrivée des différents points lumineux dans la cuisine
La maison étant très vieille, il n’était pas rare, à l’époque, (mais au fait, de quelle époque parlons nous ?) de ne trouver dans les maisons que deux pièces principales, la cuisine et pièce à vivre, et la chambre. Parfois même, dans les maisons très anciennes, il n’y avait qu’une grande pièce la chambre faisant partie intégrante de la salle (maison bretonne, vendéenne etc.…). Ces petites maisons, souvent flanquées de dépendances, avaient soit un sous-sol, une grange ou un cellier servant de remise et de réserve.
Deux pièces, c’est le cas de la maison d’Emilie. Par la suite, et avec le progrès, des sanitaires ont été aménagés près de la cage d’escalier, et pour la dépendance, il s’agit d’une petite cave, basse de plafond où la demoiselle, tout comme sa grand-mère et la mère de celle-ci l’avaient fait avant elle,  range de petites réserves pour l’hiver. On  y trouve patates, bouteilles  et autres conserves ainsi que tout un bric–à-brac d’objets dont elle n’a plus l’usage.

La toiture

Fabrication des tuiles
Dans de la pâte à modeler qui durcit à l'air, je réalise les tuiles plates qui viendront recouvrir mon toit de carton. Je procède de la même façon que pour la tuile de la petite maison de anciens , et applique la recette des tommettes.
 
Après avoir passé une couche de peinture grise sur le toit, et collé des bandes d'alu dans les noues (Une noue est la jonction des deux versants d'une toiture, cette jonction formant un angle rentrant. Elle assure l'étanchéité de la jonction...), je commence 


Les fils électriques sont passés, le gros œuvre est terminé,  je peux, à présent recouvrir sol et mur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire