Bienvenue

BIENVENUE SUR PATMO CREATIONS
DÉCOUVREZ LES AUTRES ACTIVITÉS DE PATMO... PEINTURE, COUTURE, JOUETS OU TRICOTS, TOUTES CES CRÉATIONS M'APPORTENT BEAUCOUP DE PLAISIR. ET PAR CES QUELQUES PAGES J'AIMERAI VOUS FAIRE PARTAGER CETTE AVENTURE.

La petite maison des faubourgs...

Il était une fois…la petite maison des faubourgs.

C’est une petite maison des villes avec un jardin côté sud, un rez-de-chaussée, un étage, un grenier et un escalier  au centre comme dans beaucoup de  maisons françaises d'île de France.C’est une maison ancienne, rénovée petit à petit, avec les moyens du bord comme le ferait une famille avec des ressources ordinaires. Elle semble construite au début du siècle dernier.Une maison familiale pleine de vie, avec des rires d’enfants, un grenier plein de trésors. Un vaste séjour où brule un bon feu de cheminée et une grande cuisine fleurant bon les petits plats et les confitures…
Une maison qui a une  âme, son âme. Pas trop belle, pas trop pimpante,  le temps a laissé des traces sur les murs, le soleil sur les volets et les peintures.
« Impasse des hirondelles » Tel était le nom de mon projet… Impasse…sans doute était-est-ce prémonitoire. 
J'ai commencé à faire des recherches graphiques pour choisir son allure générale... Je n’avais de cesse d’éviter d’être influencée par le style des maisons anglo-saxonnes, car, beaucoup d’ouvrages montrent surtout des modèles typiques d’outre-manche. .Je voulais avant tout réaliser une maison de chez nous.
Non prévue au départ, il s'est très vite imposé à moi la nécessité de l'électricité. Je voulais pouvoir la meubler avec du mobilier dont je pouvais me souvenir, des meubles que j'aurai pu voir dans mon enfance.Au fur et à mesure que je construisais la maison, je voyais des détails de plus en plus précis s'imposer à moi, les gouttières, les marches, l’escalier, le jardin...
J'ai commencé la construction avec des morceaux de contreplaqué récupérés dans le grenier. Je n'avais alors aucune idée de ce que cela allait donner. Peu à peu, la petite maison des faubourgs a commencé à prendre forme.


Sa structure est complément en bois. Les façades avant et arrière de la maison sont articulées, toutes les pièces de cette maison sont accessibles.
Les dimensions sont imposantes :  Placée sur un plateau de 800 mm de long par 600 mm de large, 740 mm de hauteur, elle présente un côté rue, au nord,  gris, sali par les pollutions, et un côté jardin, au sud, riant, clair dont les fleurs et les arbustes viendront égayer la façade arrière.
Sur le côté de la maison est prévu un appentis pour ranger brouette outils de jardin et vieux vélo.
Bien que volumineuse, j’aimais beaucoup cette maison car elle  me permettait toutes sortes de fantaisies. Ainsi le vieux réverbère côté rue ou le poteau télégraphique, l’adjonction d’une véranda à l’arrière, la mise en place d’un vieux grillage ou d’une palissade etc…et surtout elle permettait l’implantation d’un jardin miniature.

Répartition de pièces
Cette maison comporte sept pièces réparties sur trois niveaux, sans compter l'entrée et le palier de l'étage. Au rez-de-chaussée, un séjour traversant, une grande cuisine, une entrée avec sa cage d’escalier. Sous ce dernier, un placard à balai ou ce qui semblait plus logique à cette époque, la petite porte donnant sur l’escalier de la cave.

Au premier, deux chambres, une grande et une plus petite dont l’accès se fait par l’ouverture du pignon sud,  et une salle de bain avec un toilette, le palier et la cage d’escalier menant à l’étage supérieur.
Un escalier fermé comme on pouvait en voir dans certaine maison au nord de Paris.
Au dernier niveau, le toit basculant, laisse apparaître un vaste grenier et une chambre mansardée.
J’avais beaucoup d’ambition pour cette maison, toiture en ardoise, tommettes de terre cuite dans la cuisine, parquet à l’étage… 
Façade rue (côté nord)
La façade  sur la rue, côté nord, ainsi j’en avais décidé, était salie, noircie par la pollution. Le soir la lumière blafarde du réverbère, donnait une impression de mystère à la façade. (Malheureusement pas de photos…).
Façade arrière (côté jardin)

Côté sud, le jardin plus clair, plus riant… Une véranda, des plates bandes, des fleurs, peut-être même une fontaine ou un puits y était prévu. De ce côté, pas de pollution, de la verdure, des arbustes…

Bref, tout cela tient encore du rêve et ne sera jamais réalisé. Lorsque que je l’ai démontée, puis détruite, j’ai conservé précieusement certains éléments de la façade  afin de les faire revivre dans d’autres maquettes.Ainsi, en cherchant bien, on retrouve, certaines fenêtres sur la maquette de la brocante de monsieur Léon, ainsi que le réverbère donnant sur la rue.

Une paire de volets a été réutilisée sur la façade de la maison d’Emilie Pageot ainsi que, sur la toiture, la cheminée de brique. Tandis que la  grosse porte de bois donnant sur le jardin d’Emilie est le volet de la porte de la cuisine  du côté sud….J’ai, grâce à cela l’impression qu’elle n’a pas tout à fait cessé d’exister. A part ces quelques accessoires, je n’ai rien gardé de la structure par trop encombrante.

Destruction de la maison et récupération des différents éléments de menuiserie et accessoires (gouttière, fenêtres et volets, porte d’entrée….)

 C’est à la suite de ce jour là que je me suis imposée des contraintes de taille et de poids.

2 commentaires:

  1. Quel dommage de l'avoir détruite! Je crois bien que c'est l'une de mes préférées parmi toutes vos réalisations. Je trouve que cette maison dégageait vraiment une certaine atmosphère, propre à beaucoup de maisons anciennes de banlieue parisienne. Elle était très réussie.
    Ce serait une bonne idée de refaire une maquette dans le même esprit vous ne croyez pas?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être, mais le problème du volume est toujours là. Enfin, qui sait, mais il faudrait qu'elle soit modulable... Et puis Paris, je ne suis pas tout à fait sûre d'avoir envie d'y retourner...

      Supprimer